2020–Et si c’était le bon moment pour acheter un bien immobilier? ou Regrouper vos crédits en ligne

Les transactions immobilières chuteront en 2020, mais cela signifie-t-il que vous devez retarder votre plan d’achat? Peut-être le contraire: plusieurs indicateurs sont vraiment avantageux pour les acheteurs.

Un climat dangereux

La confiance a diminué et avec elle toute la dynamique du marché immobilier est affectée. 2019 a été une année record avec plus d’un million de transactions. Promet une forte baisse en 2020 800.000 ventes meilleur scénario, les prix devraient baisser 2,5% Selon Standard & Poor’s. Les notaires français s’inquiètent du marché immobilier. Cela est dû à la perte de revenus résultant des conséquences économiques de la crise sanitaire et à une détérioration de la solvabilité des ménages les plus faibles.

Opportunités pour les acheteurs

Mais si ce contexte préoccupe les professionnels et les vendeurs, les acheteurs doivent-ils partager ce sentiment? Pour eux, la situation économique est une source d’opportunités. Suite à l’emprisonnement, les séparations, les successions aboutissant à des ventes immobilières se sont déplacées des villes vers la banlieue: la crise sanitaire a ouvert de nombreux fronts dont le point commun était la volonté de vendre vite. C’est le genre de situation où l’acheteur est en position de force car le temps est de son côté! Dans un environnement de baisse attendue des prix, -5% et -20% Ce n’est pas impossible.

Éléments à négocier ci-dessous

SeLoger et MeilleurAgents: les prix de l’immobilier s’accordent pour dire que les prix ne baisseront pas drastiquement dans les grandes villes et dans les secteurs les plus attractifs. La stratégie d’attentisme dans l’espoir d’observer ce phénomène n’est donc pas forcément justifiée. L’évolution des tarifs sera liée à d’autres critères comme la performance énergétique, la réciprocité et surtout la présence extérieure. Balcon ou terrasse pas nécessaire pour vous? Vous rencontrerez très peu de concurrence pour ce type de propriété en centre-ville, il sera donc intéressant de négocier pour faire baisser le prix! Quant à la hausse des taux hypothécaires (1,25% en mai selon l’Observatoire du crédit immobilier / CSA), elle s’est arrêtée en juin pour accueillir des valeurs fixes voire quelques-unes. Il réduit l’oscillation entre 0,20 et 0,40%. Malgré la crise sanitaire, le niveau des taux actuels est très attractif. N’oubliez pas que les taux ont augmenté en 2009 et ont atteint 5%! Le contexte actuel est donc parfaitement adapté à l’achat.

Laisser un commentaire