► Rachat de crédit et loi Lagarde / Comment faire un rachat crédit

Le rachat ou la restructuration de prêts est une opération financière qui permet d’atténuer les lourds remboursements de mensualités sur les prêts avec lesquels un emprunteur contracte. Cette solution de surendettement a beaucoup évolué ces dernières années. Cela n’est pas seulement dû à la baisse du pouvoir d’achat des ménages français, mais aussi à l’augmentation des chômeurs et des abonnés au crédit renouvelable. Dans cette pratique, l’État a adopté des lois réglementant cette opération pour protéger le consommateur. C’est pourquoi la loi Lagarde, en vigueur depuis 2010, aide les emprunteurs à obtenir un prêt ou un pool de crédit de manière plus responsable. Cette loi tourne autour du crédit à la consommation et du remboursement des prêts. Descriptions.

Consolidation de prêts immobiliers ou la consommation permet à une personne très endettée de couvrir diverses dettes et prêts avec un seul prêt. Le souscripteur au rachat devra alors accepter un seul prêt, et le remboursement de ce prêt pourra s’étendre sur une période plus longue que son prêt précédent. Les avantages de cette solution sont qu’une seule mensualité peut être réduite, ce qui permet de réduire le budget de surendettement. De plus, il vous permet de mobiliser une somme supplémentaire, par exemple pour financer votre projet. Le processus est simple. Après avoir examiné et accepté le dossier, l’agence de rachat effectue les remboursements aux anciens créanciers. L’emprunteur devra alors honorer le remboursement selon les termes du contrat qu’il a signé. Cependant, avant la mise en œuvre de la loi Lagarde, les agences de rachat et de crédit profitaient du manque d’information des consommateurs pour proposer un regroupement de crédit à des taux d’intérêt élevés. Et cela sans se soucier du taux d’endettement de l’emprunteur. De cette manière, cette alternative ne fait qu’aggraver le surendettement du ménage ou de l’intéressé. Cependant, cette pratique a évolué depuis l’entrée en vigueur de la loi Lagarde à l’initiative de Christine Lagarde, alors ministre de l’Économie et des Finances. La loi en vigueur depuis 2012 réglemente ce processus. Les consommateurs peuvent désormais faire une comparaison éclairée des différentes offres des organisations d’achat.

Cette loi vise à réglementer le crédit dont les limites ne sont pas très claires. Il vise également à limiter l’endettement des ménages. L’un des premiers points à souligner dans ces textes tourne autour de la publicité du produit, qu’il s’agisse d’un crédit à la consommation ou d’un rachat de crédit. Désormais, les prêteurs ne doivent plus proposer une image de crédit pour optimiser leur budget ou leur financement. Cela montre que pour progresser financièrement dans la vie, il faut consentir un prêt. Cela peut amener les gens à obtenir du crédit sans vraiment penser à ce qu’ils s’engagent. En fait, la chose la plus importante pour les gens est d’accorder un prêt, mais ils oublient qu’ils doivent honorer le remboursement pendant de nombreuses années.
Cette loi stipule donc que l’annonce d’une offre de prêt doit être accompagnée d’une déclaration indiquant que le prêt est un engagement de remboursement.
Cette loi oblige également les agences de rachat de crédit à fournir une description complète et détaillée de la situation financière de l’emprunteur avant et après le rachat de crédit. Et ce dernier est avant la signature du contrat. Le statut avant consolidation des dettes montre le détail des prêts en cours et le montant total à payer à la fin des remboursements, tandis que les informations post-remboursement indiquent le nouveau statut du candidat au prêt en cas de signature. Grâce à ce tableau, le souscripteur au rachat peut mieux comprendre son engagement. La restructuration de la dette s’étalant sur une période de remboursement plus longue, elle peut coûter plus cher que la somme des prêts qu’elle rembourse actuellement. Le tableau doit en effet montrer le taux d’emprunt, l’échéance de rachat et le montant total dû par l’emprunteur. Frais de remboursement anticipé, frais de libération d’hypothèque, etc. Des coûts supplémentaires tels que devraient également être inclus. Par conséquent, l’organisation doit jouer sur la transparence et alerter le client sur cette augmentation du coût total du prêt.
Un autre élément important de ce texte concerne le taux d’intérêt appliqué à l’opération de consolidation de dettes. Cela est dû au pourcentage de rachats immobiliers dans les rachats mixtes immobilier et consommation. Si le rachat de l’hypothèque représente 60% du montant total, l’organisme de rachat doit appliquer un taux hypothécaire. Pour comprendre l’importance de ce taux d’intérêt, un taux de rachat de crédit à la consommation (s’il n’y a pas de garantie hypothécaire) se situe autour de 8%, alors que l’hypothèque dépasse rarement 4,5%. Cependant, le montant total du prêt dépend de ce ratio. A titre d’exemple, un ménage a emprunté 150 000 euros, dont 110 000 euros sont liés à l’hypothèque de la résidence principale. Ils veulent que leurs crédits soient utilisés. Étant donné que la dette immobilière représente 60% du total à consolider, l’agence de rachat leur propose un taux de 4,2%. Ainsi, les 40 mille euros restants du crédit à la consommation seront remboursés avec un taux d’intérêt immobilier. L’emprunteur profite alors d’une épargne intéressante.
Outre ces mesures, la loi Lagarde autorise les souscripteurs au rachat à choisir l’assureur qui leur convient. Ils n’ont pas besoin d’être membre de la banque qui leur fournit le remboursement. Cette proposition est en faveur de l’emprunteur car il peut en trouver une qui offre un rapport garantie / prix satisfaisant en faisant un concours entre différents organismes d’assurance. Cela permet de réduire le coût total du crédit.
Enfin, l’agence de pension, qui est la dernière mesure de consolidation de dette, doit vérifier le taux d’endettement de l’emprunteur avant d’accorder un prêt.

Ce terme souvent entendu dans l’industrie financière est, par définition, une technique financière qui consiste en le remboursement d’au moins deux dettes antérieures, dont l’une est en cours. Par conséquent, si l’emprunteur a contracté une seule hypothèque et souhaite l’utiliser, cela n’est pas couvert par la réglementation de la loi Lagarde. Ceci est précisé au point R 313-12 du Code de la consommation. En revanche, si l’emprunteur souhaite reprendre divers prêts et prêts de quelque nature que ce soit (dette fiscale, prêt bancaire, crédit renouvelable, prêt hypothécaire, etc.), il est soumis à cette loi. Si les crédits à regrouper sont uniquement des crédits à la consommation, même si le montant total à rembourser dépasse 75 000 euros, il sera soumis au taux du crédit à la consommation. Il en est de même pour la consolidation des crédits immobiliers seuls. Même si le montant total n’excède pas 75 000 euros, ils bénéficient du taux d’intérêt immobilier.
Bref, la loi de Lagarde définit mieux le cadre juridique et réglementaire de l’opération de consolidation de dettes. Il permet aux emprunteurs de bénéficier d’une information plus complète sur le fonctionnement du regroupement de prêts proposé.

La conduite d’une opération de consolidation de dettes permet à l’emprunteur de faciliter le remboursement de ses dettes. Cette réglementation lui permet également d’abaisser le taux d’endettement tout en améliorant le reste. Cependant, ces avantages ne peuvent être obtenus sans comparer les différentes offres de rachat du marché. En effet, les banques et institutions financières n’ont pas toutes les mêmes taux d’intérêt et conditions de remboursement pour le remboursement des prêts. Une différence de taux d’intérêt de 0,5 point et une étonnante période de remboursement du prêt de 6 mois signifieraient un coût de l’opération plus élevé. C’est pourquoi il est recommandé que ces éléments soient en concurrence avant ce contrat de prêt.
Mais pour éviter aux emprunteurs d’avoir à acheter des banques et des institutions financières, les institutions financières et les courtiers ont mis en place des simulateurs de remboursement. Ce service gratuit les éclaire sur la meilleure option de rachat de crédit en fonction de leur coût et de leur situation financière.
Cet outil, comme son nom l’indique, les aide à simuler le coût de cette opération tout en déterminant ce que seront leurs mensualités futures, le taux d’intérêt qu’ils peuvent percevoir, la durée de la transaction, la trésorerie que la banque peut allouer … Ces informations permettent aux abonnés de préparer leurs budgets en fonction des résultats. Ainsi, en utilisant le simulateur de rachat gratuit en haut de ce site, les emprunteurs peuvent non seulement gagner du temps mais aussi économiser la différence entre le taux d’intérêt et le coût total de rachat entre les deux offres d’achat. Enfin, rappelez-vous que nous ne sélectionnons que les meilleures offres de rachat de crédit que nous avons reçues, mais que les abonnés sont toujours libres de choisir l’offre de rachat de crédit qui leur convient.

Laisser un commentaire