► Que sont les certificats IOBSP et ISO 9001? / Comment faire un rachat crédit

Le nombre d’entreprises ayant obtenu la certification ISO 9001 en France n’est pas encore significatif. En fait, une petite partie des entreprises et des entreprises qui représentent environ 10% a entrepris la transition vers ce certificat. L’obtention de cette reconnaissance internationale par un organisme officiel et indépendant se fait généralement par lui-même. La structure de ce système se concentre sur l’amélioration continue des activités, des objectifs, des compétences et des ressources de l’entreprise afin d’atteindre un bon niveau de satisfaction client. L’accréditation ISO par un établissement de crédit auprès d’un établissement peut donc signifier qu’il dispose d’un système de gestion de la qualité et fournit des produits fiables et conformes. De plus, l’intermédiation dans les transactions bancaires n’est pas à la portée de tous. Cela nécessite également une formation professionnelle certifiée, un diplôme ou une expérience pertinente pour exercer une activité de courtier en prêts (IOBSP). Notre guide vous éclairera sur l’univers de ce métier et ses niveaux d’acceptation pour la certification ISO 9001.

L’IOBSP (intermédiaire en opérations bancaires et services de paiement), ou simplement intermédiaire de crédit, est désigné par un établissement bancaire comme courtier en crédit, agent exclusif ou agent non exclusif. Sa mission est de trouver un interlocuteur intéressant pour les banques, par exemple pour renégocier des prêts. Il peut également intervenir lors d’un appel de prêt ou de rachat de crédit immobilier entre le client et la société bancaire. L’exécution de ces tâches se fait en complément de l’activité immobilière si la personne est agent et agent immobilier. Le statut IOBSP du décret du 28 janvier 2012 s’applique également aux partenaires souhaitant réaliser des opérations bancaires ou faire des recommandations sur leur mise en œuvre. Les consultants en gestion de patrimoine sont également concernés par cette mission. Ils collectent des informations pour répondre aux besoins financiers de leurs clients (clients). Tous ces professionnels doivent avoir un certificat de formation en banque et finance d’assurance. Ou, si cela ne se produit pas, ils doivent avoir une expérience professionnelle de 6 mois à 2 ans au milieu entre 2 et 5 ans avant de s’inscrire au dossier ORIAS. La durée dépend de l’activité du courtier. L’enregistrement auprès de l’ORIAS leur permet de facturer le service qu’ils fournissent. Il est arrangé entre lui et son client concernant son indemnisation. L’accord doit être écrit.

La personne qui souhaite devenir courtier en prêts doit détenir les diplômes suivants:

  • Pour courtier ou assureur: diplôme de niveau II avec spécialisation en économie ou droit et sciences politiques, ou en finance, banque et assurance, ou comptabilité. Les diplômes obtenus doivent valider une spécialisation dans le secteur de la finance bancaire ou de l’assurance. L’intéressé peut également suivre jusqu’à 150 heures de formation professionnelle auprès d’un établissement de crédit ou d’un assureur. Le contenu de la formation est déterminé par un décret du 9 juin 2016.
  • Pour les agents immobiliers ou les constructeurs, en plus du diplôme de niveau III, la spécialité peut suivre une formation en banque, finance et assurance, auprès d’un organisme habilité pour ce type de formation, ou en entreprise. Assurance. A l’issue de la formation, il doit atteindre un taux de réussite de 70% en évaluation des compétences.
  • L’exigence d’un diplôme est la même pour les courtiers qui souhaitent fournir des conseils en gestion d’actifs. Dans le cas contraire, ils peuvent fournir un certificat de fonctionnalité pour prouver leur expérience professionnelle. Tous ces professionnels doivent être inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles.

Un souscripteur de prêt sollicitant un IOBSP peut trouver la solution la mieux adaptée à ses besoins, même s’il est inscrit au FICP. Car en tant que représentant de la banque connaît les démarches administratives nécessaires pour accélérer l’acquisition et l’émission du prêt. Il effectue également le travail personnalisé du dossier et peut obtenir le meilleur taux de crédit auprès d’un établissement de crédit certifié ISO.

Depuis la création de l’AFAQ (association française d’assurance qualité) en 1980, le principe de la certification (entreprise ou personnel certifié) s’est développé en France. Par exemple, le référentiel ISO 9001 (Organisation internationale de normalisation) qui véhicule l’image de l’assurance qualité. En effet, le certificat est la preuve que l’entreprise appartient à un certain standard. Cette assurance écrite repose sur 3 logiques:

  • l’organisme de normalisation qui a fait la référence
  • organisme qui évalue l’entreprise et réglemente la certification
  • Entreprise demandant une certification

Cependant, la certification ISO n’est pas une marque apposée sur un produit pour confirmer son origine ou sa qualité de production. Cependant, il prend en compte la conformité des procédures à un référentiel. Parmi les nombreuses normes figure la certification ISO 9001, qui confirme la qualité du système de management d’une entreprise. Tous les secteurs d’activité, les entreprises peuvent le revendiquer. De plus, cela ne dépend pas de la taille de l’organisme. La publication de ce certificat est apparue en 1987. Depuis, il a toujours fait l’objet de diverses révisions et exigences d’un système de management de la qualité. Les entreprises ou entreprises qui établissent un système qualité par des inspections au sein de la structure peuvent y accéder. Par exemple, citons des organismes certifiés ISO 9001 par l’AFNOR, Bourse des crédits.

Comme nous l’avons dit, le nombre d’assureurs français qui maintiennent ce critère au niveau international n’est pas encore très élevé. Pour les petites structures, cela peut être dû au coût de l’examen obligatoire pour l’obtenir. Cela va de 400 à 1200 euros. Cependant, cette certification permet de gagner de nouvelles entreprises afin que plus de consommateurs soient satisfaits. Parce que ce certificat de conformité répond aux normes d’efficacité des entreprises en voie d’amélioration du système de management. Les procédures incluses dans la certification ISO 9001 concernent les points suivants: détermination des attentes des consommateurs, visualisation des processus, définition des objectifs et leur adaptation aux besoins des clients, gestion des ressources, gestion et contrôle des achats, contrôle des produits en cours, mise en place d’une mesure permettant d’évaluer la satisfaction des clients. L’entreprise doit suivre le fonctionnement de ces directives tout en évitant de commettre les mêmes erreurs dans ses services.
Bref, il existe des normes dans le monde de l’assurance, que ce soit pour les assureurs ou les courtiers, les agents ou autres professionnels exerçant des activités de courtage. Pour l’assurance qualité, il s’agit de la norme ISO 9001 bien connue qui accrédite un marketing sérieux et efficace de l’organisation. Quant aux courtiers certifiés classés dans la catégorie COBSP, ils doivent être titulaires d’un diplôme de niveau II. Pour les agents exclusifs, ils doivent être titulaires d’un diplôme de niveau III (BTS ou DUT) et d’un diplôme de niveau II (bachelor) pour agents non exclusifs. En l’absence de ces diplômes, les personnes physiques ayant 1 à 4 ans d’expérience professionnelle, selon la catégorie de l’agence, peuvent également agir en tant qu’intermédiaires en finance, banque et assurance.

L’utilisation d’un courtier IOBSP vous permet de bénéficier du support d’un courtier IOBSP spécialiste en recherche de remboursement de crédit mieux adapté au profil de l’emprunteur. En effet, il est possible pour un candidat de trouver des offres intéressantes en quelques jours, grâce à son travail personnalisé sur chaque dossier et à des partenariats avec des banques actives dans ce créneau.
L’emprunteur peut certes faire lui-même la recherche et le refinancement des banques, mais cela peut entraîner une perte de temps et des gains financiers, surtout s’il n’est pas familier avec ce marché de refinancement. Cependant, grâce aux nombreuses expériences d’un courtier, il peut se diriger vers une institution bancaire qui pourra restructurer ses prêts en un temps record. En règle générale, une fois que le client a obtenu les données nécessaires à l’examen du dossier par simulation de rachat, le courtier crée le fichier et poursuit son travail avant de le soumettre à ses partenaires. Si le plan de l’emprunteur est applicable, il peut recevoir des offres de rachat ultérieures. Il sélectionne ensuite les offres les plus attractives en termes de coût et de remboursement.
Cette concurrence entre les taux d’intérêt et les conditions de remboursement comprend les frais administratifs, l’assurance débiteur, les indemnités de remboursement anticipé, etc. Négociation des différents coûts associés à l’opération, tels que. réduire le coût de cet arrangement et augmenter le gain financier pour l’emprunteur.
Un courtier IOBSP et un représentant non exclusif des banques peuvent également maximiser les chances d’un cas d’emprunteur difficile d’être accepté par les partenaires bancaires. Par conséquent, les personnes ayant des enregistrements FICP et un taux d’endettement supérieur à 50% peuvent demander ce refinancement avec l’aide d’un courtier si elles sont propriétaires. Enfin, il est à noter que le courtier ne percevra de compensation que si l’offre qu’il s’est trouvée est conforme aux conditions exigées par l’emprunteur.

Laisser un commentaire