► Quel est le rôle de l’intermédiaire bancaire? et Regrouper vos crédits en ligne

Les établissements de crédit doivent répondre à un certain nombre de critères pour pouvoir solliciter des financements pour des projets auprès d’un particulier, d’une entreprise ou d’une association. Par conséquent, les établissements bancaires devront, entre autres, mettre à la disposition de leurs clients un collaborateur qui joue le rôle de médiateur. En ce sens, il doit trouver un accord sur les litiges entre deux ou plusieurs personnes concernant l’exécution d’un contrat bancaire. Comment cette personne est-elle adressée et quelle est l’étendue de ses compétences? Réponse éditoriale.

Tout d’abord, vous ne pouvez joindre cet employé que par écrit. Son adresse se trouve sur le relevé bancaire ou sur le site internet de l’établissement bancaire ou dans le contrat avec la banque. Certaines banques n’ont qu’une seule personne désignée pour cette tâche, mais dans certaines, le rôle de médiation s’étend à d’autres fonctions. Le service est gratuit. Comme son nom l’indique, il est en mesure de résoudre les litiges avec l’établissement bancaire de manière amiable. La banque doit clairement assister ce travailleur dans l’accomplissement de sa tâche en lui fournissant des outils utiles et des budgets adaptés à cet effet. Il doit également envoyer chaque année un rapport sur l’avancement de ses activités. Le comité de médiation de la Banque supervise ses travaux. La saisine d’un médiateur bancaire permet non seulement de résoudre à l’amiable le litige avec la banque, mais aussi d’abandonner des procédures judiciaires difficiles et longues. L’obligation de ce salarié d’être en banque est précisée à l’article L 151-1 du Code de la Consommation et conformément à l’article L 316-1 de la loi sur la monnaie financière. ° 2001-11 68, 11 novembre 2001 soutient cette exigence. Tous les clients qui ne sont pas d’accord avec l’institution peuvent l’utiliser sauf pour leurs besoins professionnels.

En effet, ce service de médiation s’adresse à toute personne disposant d’un compte bancaire ou d’un produit d’épargne non professionnel. Ceux qui contractent des prêts auprès de la banque peuvent également l’utiliser. Notez que ce service est totalement gratuit. La saisine de ce médiateur est la solution définitive avant les poursuites judiciaires. Le client comprend également le conseiller clientèle, le président d’agence, etc. Il doit avoir essayé tous les moyens pour réussir avec. Si l’ensemble du processus de plainte échoue, vous pouvez vous adresser au médiateur en dernier recours afin que le médiateur puisse donner une recommandation. Les personnes concernées peuvent alors ou non suivre cette recommandation. S’il n’y a pas de traitement équitable apparent ou s’il n’y a pas d’amélioration de la situation, le client peut alors intenter une action en justice. Notez que le médiateur est de 2 mois à compter de la date à laquelle le client décide d’utiliser le service pour faire cette recommandation. Cette étape retarde le délai de prescription des poursuites judiciaires de 2 ans.
Bon à savoir: comme le consultant et toute autre personne qui assume personnellement la responsabilité des problèmes et des désaccords d’autrui, le médiateur doit respecter le secret professionnel. Il ne doit pas divulguer de litiges concernant le dossier du client.

Le litige doit porter sur les services proposés par la banque. Cela peut être lié à un contrat entre l’établissement et le client. Deuxièmement, pour les problèmes de gestion du compte courant ou du compte de dépôt, des transactions courantes ou des instruments de paiement, cela peut également nécessiter l’intervention du médiateur. Gestion des comptes d’épargne et des contrats hypothécaires, crédits à la consommation, etc. C’est la même chose pour. Cependant, s’il refuse d’ouvrir un compte bancaire ou d’accorder des prêts, il ne doit pas aller en médiation. La réclamation concernant le prix des services n’autorise pas non plus un médiateur à faire acte de candidature.
Bref, outre la gestion de compte, le champ de compétence de ce professionnel s’étend souvent aux problématiques de litiges entre l’établissement bancaire et le particulier (par exemple, litige sur le calcul TEG, litige dans un contrat d’assurance, mise en place d’une procédure de rachat de crédit, etc.)

La réponse est positive. Si ce professionnel n’est pas dans la zone d’intervention, il peut rejeter la demande après la recherche. Il peut également référer le client à la bonne personne pour résoudre le litige. Par conséquent, il peut ignorer la demande dans les cas suivants: dossier complet ou abus ou plainte illégale, demande de non-mention de la banque ciblée, ou demande d’un autre médiateur. Il est également possible que la demande puisse être rejetée si elle est formulée un an après que la plainte écrite a été déposée auprès de l’établissement bancaire. La demande actuellement examinée par un autre médiateur ou actuellement détenue par le tribunal est également rejetée. Enfin, le médiateur a le droit de rejeter la demande de la banque de refuser d’émettre un prêt ou autre prêt concernant la tarification ou l’ouverture ou la fermeture d’un compte.

Selon la loi Murcef du 11 novembre 2001, les établissements bancaires sont tenus de désigner une personne agissant en tant que médiateur et respectant le règlement de médiation. Cette affectation suit une procédure définie. Cependant, en tant que médiateur, l’impartialité et l’indépendance vis-à-vis de l’institution bancaire sont d’une grande importance. Car il peut être tentant de trouver une solution en faveur de la banque. Par conséquent, il doit faire preuve d’intégrité, de transparence et de confidentialité afin d’exécuter ce service. Il doit également respecter le principe de la prise en compte des faits avancés par les deux parties concernées.
En outre, l’organisme bancaire a également la possibilité de souscrire au service de médiation de la Fédération bancaire française. Ce dernier peut désigner un médiateur bancaire pour résoudre divers litiges. Cependant, la solution proposée par le médiateur n’engage en aucune manière l’établissement bancaire concerné ou le client. Ni le client ni l’acteur institutionnel n’ont besoin de mettre cela en pratique. Il donne juste un conseil. Cependant, dans la plupart des cas, les institutions bancaires ne s’opposent pas à échapper aux poursuites judiciaires.
Bon à savoir: Il est possible de se faire aider par un avocat lors de cette intervention. Si le client le juge opportun, il peut abandonner la procédure à tout moment.

Bref, l’intermédiaire bancaire participe à l’amélioration du service offert au sein d’une banque. Elle peut également sensibiliser les organisations à traiter les réclamations et aussi faire appel à l’esprit d’écoute du client. Enfin, ce professionnel devra publier un rapport annuel listant le nombre et le type de demandes reçues et leurs résultats. La plupart des banques françaises disposent d’un médiateur central ou d’un médiateur pour les filiales régionales.

Si l’emprunteur a souscrit à un certain nombre de prêts et se trouve dans une situation financière difficile qui l’empêche de s’acquitter de ses mensualités, il doit chercher une solution le plus rapidement possible. Il peut d’abord tenter de négocier une hypothèque avec le conseiller de sa banque. Mais d’une manière générale, les institutions bancaires hésitent à accepter cette demande. Dans ce cas, vous en avez un une autre solution: racheter le prêt. Cette technique bancaire s’adresse à toute personne disposant d’au moins 2 crédits (crédit à la consommation, crédit renouvelable, crédit non performant, crédit hypothécaire, etc.). Il permet d’éviter les poursuites des banques, l’inscription au dossier FICP et la saisie immobilière pour les propriétaires.
Le principe de cet arrangement est le suivant: une banque rivale équilibre et rachète les prêts en cours d’un emprunteur pour les combiner en un seul prêt. Celui-ci comportera un versement mensuel unique en fonction des ressources financières de l’abonné et du taux d’intérêt renégocié. Ce rachat bénéficiera également de l’allongement de la période de remboursement de la dette. La banque qui propose ce relevé de dette peut également émettre une enveloppe supplémentaire dans le cadre de cette opération. Cette liquidité à la demande ne dépassera pas 15% du coût de la transaction et sera intégrée dans le processus de rachat. Il peut être utilisé pour financer des besoins personnels.
Pour trouver rapidement une bonne offre de rachat de crédit, il ne vous reste plus qu’à passer par un simulateur de rachat. Ce service gratuit est disponible en haut de ce site. La simulation sans engagement permet au candidat de prévisualiser le montant de cette transaction tout en recevant une offre de rachat adaptée pour cet arrangement. Si l’offre ne lui convient pas, il peut simuler ce processus dans d’autres simulateurs en ligne.

Laisser un commentaire