► Racheter ou renégocier votre crédit à la consommation – Que choisir? et Comment faire un rachat crédit

Face à la baisse des taux de crédit à la consommation et à l’immobilier ces dernières années, les particuliers en entreprise ont une forte tendance à renégocier leurs crédits: économiser de l’argent pour cette solution et raccourcir la durée de leur échéance.

Il s’agit de la dernière tendance dans le domaine des prêts à la consommation à la mode. Il n’a pas entendu de discours au travail, chez l’esthéticienne ou chez le boulanger du quartier, sur la renégociation d’un prêt à la consommation ou immobilier. Et les gains réalisés frappent les oreilles.
Selon le statut de l’emprunteur, les remises peuvent atteindre 10 000 à 100 000 euros, réduisant ainsi le nombre de versements en quelques années. La raison principale en est à côté des taux de crédit à la consommation et immo. Ils n’ont jamais été aussi attrayants depuis les années 1950.
En janvier 2017, l’Observatoire du Crédit a publié un taux moyen de 1,89% selon les dernières statistiques de conso & immo. Ce très faible niveau de crédit à la consommation et immobilier apporte de l’oxygène aux budgets des particuliers et sous-tend la politique de la Banque centrale européenne, qui prête près de 0% aux banques européennes. Vise à soutenir l’économie européenne.
C’est pourquoi les indicateurs bancaires sont adaptés à la renégociation de votre crédit à la consommation ou immobilier. Cela est d’autant plus vrai, selon le professeur Doré, professeur d’économie à la retraite à l’Université Paris Descartes, car les indicateurs économiques pour 2017 prévoyaient une assez légère hausse des taux des prêts bancaires. Observatoire français du crédit de Credit Conso, 22 février 2017. En effet, en termes de crédit à la consommation et de taux immobiliers, les banques françaises se sont concurrencées pour offrir le meilleur taux du marché.

Le jeu de comparaison reste le point principal pour obtenir le taux de crédit le plus intéressant. La comparaison des taux de crédit de plusieurs institutions bancaires est la première étape; puis faites des simulations sur différents sites Internet.
Puis passez à l’étape renégocier votre crédit à la consommation ou immo. Cette renégociation s’appuiera sur les différentes propositions reçues pour entamer des négociations avec sa propre banque. En cas de retour insatisfaisant de votre conseiller en agence, vous aurez la possibilité de racheter le crédit par l’un des organismes qui aura choisi la meilleure offre de taux de crédit pour vous.
De plus, il est souvent plus facile de renégocier votre prêt auprès d’une autre banque que la vôtre, car il est peut-être plus disposé à sauver un client qui s’est accumulé sur un compte bancaire concurrent ou à réduire sa marge en même temps. bénéficieront moins du paiement de leurs salaires.

Si la solution actuelle de renégociation de crédit dans le monde du crédit à la consommation et du crédit immobilier semble idéale pour les emprunteurs, derrière l’option de récupérer le prêt par une banque tierce se trouvent les pénalités à payer à la première banque qui a accordé le prêt. Ces frais représentent environ 3% du capital payable. Autres frais à ajouter au rachat du prêt: les frais du fonds de garantie. Par conséquent, il est à noter que lorsque les pénalités et les coûts de base du collatéral sont importants, cette transaction en fin de prêt n’est pas toujours optimale pour les emprunteurs.

Comme nous l’avons expliqué précédemment, pour renégocier votre crédit à la consommation ou votre immobilier, vous devez demander des offres à la concurrence, ce qui sera un argument décisif dans les négociations avec la banque d’origine du prêt. Pour que la demande soit effective, un certain nombre d’éléments seront nécessaires pour répondre à la demande de rachat de prêt d’une autre institution financière.
Parmi les documents à fournir figure le «Tableau d’amortissement des prêts» à racheter, car à partir de ce document, la nouvelle institution financière pourra estimer à la fois le capital impayé et le coût. pénalités de remboursement anticipé.
Si l’emprunteur choisit de racheter un prêt auprès d’une autre institution financière, l’estimation faite par cette institution devra être détaillée pour permettre le rachat du prêt. Cette nouvelle banque demandera à son nouveau client de reprendre le prêt de sa banque d’origine, qui a accepté avec son client de reprendre le prêt, et a émis un «certificat de remboursement anticipé» du prêt à la date choisie. C’est ce «document de remboursement anticipé» qui déterminera les pénalités et frais à payer et le capital à verser. Ce document permettra ensuite de déterminer le montant exact du nouveau prêt.

Lors de la comparaison et de l’examen des différentes offres des banques, il est nécessaire de comparer le TEG ou Global Effective Rate qui, en plus de vérifier le taux de crédit, prend également en compte les différentes garanties et assurances. Pour s’assurer que les premiers mensualités ne se limitent pas au remboursement des intérêts du nouveau prêt, mais aussi au remboursement d’une partie du capital, il est recommandé que le «tableau des amortissements» soit examiné en profondeur.
N’hésitez pas à négocier également le montant des différentes assurances débiteurs telles que décès, invalidité, assurance chômage.
De même, il est possible de négocier les montants des pénalités de remboursement anticipé.
À compter du 26 juillet 2014 de la loi sur la consommation, dite loi Hamon, douze mois après la signature des contrats de prêt pour les personnes ayant bénéficié d’un crédit à la consommation ou immobilier auprès d’une banque à compter de la date de mise en œuvre de cette loi, jusqu’à la date de mise en œuvre de cette loi.
Ainsi, tant que vous prenez la peine de régler le problème et de trouver un accord avec votre banquier, vous pouvez constater d’énormes économies lors de la renégociation de votre prêt à la consommation ou immobilier. d’une autre institution financière.

Cette solution financière s’adresse spécifiquement aux emprunteurs ayant contracté plus de 2 crédits et ayant des difficultés à rembourser leurs mensualités sur leurs crédits. Ce problème peut résulter de raisons potentiellement mortelles ou autres telles qu’une mauvaise gestion de leurs finances, la faillite de leurs investissements ou le dépôt d’un surendettement … Cependant, en cas d’insolvabilité, quelle que soit la raison de ce risque, ces emprunteurs doivent chercher la sortie de la dette pour éviter des poursuites judiciaires contre les créanciers. Et entre la renégociation de son prêt et son rachat, nous avons trouvé la deuxième solution plus accessible.
Le mécanisme de rachat de prêts, également appelé consolidation de dettes ou restructuration de prêts, est simple. Une institution bancaire concurrente achète et consolide tout ou partie des prêts existants du souscripteur. Tous les crédits peuvent être ajoutés à ce dossier. Cependant, il faut veiller à inclure le crédit zéro. D’autres dettes telles que les emprunts bancaires, les impôts fonciers impayés, les factures sociales (eau, électricité, internet, etc.) peuvent également être incluses dans ce dispositif. Le but de ce regroupement de dettes est de permettre à l’emprunteur de profiter du prêt avec une redevance mensuelle unique adaptée à ses revenus et à étaler sur la durée du prêt. Le taux d’intérêt est renégocié pour lui permettre de générer des économies. A l’occasion de cette opération, l’institution financière peut également accepter de se voir remettre une enveloppe supplémentaire dite «cash» à l’emprunteur. Cette liquidité, limitée à 15% de la valeur de remboursement, présente l’avantage de ne pas augmenter l’endettement du souscripteur car son remboursement sera assoupli dans le temps et à la mensualité réduite.
Avant d’entamer la restructuration de ce prêt, une simulation est fortement recommandée. Ce service gratuit est accessible en haut de ce site. Cet outil permet aux emprunteurs de se faire une idée du coût de cette opération et également d’obtenir une ou plusieurs offres de rachat si leurs projets sont fiables.

Laisser un commentaire